Thésaurus d’éthique des sciences de la vie

Ce thésaurus dont la 2ème version est sortie en 2005, élargit la couverture de l’éthique aux domaines non humains comme l’éthique de l’animal, l’éthique de la protection de la nature ou de la biotechnologie…D’où un volume de 2844 notions en regard par exemple des 966 notions du thésaurus de l’Inserm sur ce même domaine, avec lequel il est en concordance.

On y trouvera donc des notions spécifiques au domaine de l’éthique comme « diagnostic de préfécondation » mais aussi « droit de guérir » ou  « dignité humaine », termes pour lesquels il n’y a aucune concordance avec 4 thésaurus pris en compte dans ce travail. Ou encore des termes liés aux domaines de l’agriculture (épandage d’engrais), du droit ou de l’écologie (effet de serre)…nécessaires aujourd’hui pour prendre en compte l’ensemble du champ.

Trilingue (fr, en et de), chacune des versions linguistiques reste toutefois indépendante "afin de garantir que les descripteurs propres à chaque version linguistique correspondent aux termes réellement utilisés dans le débat professionnel et la littérature spécialisée".

Un important travail de concordance a également été réalisé avec 4 thésaurus, 3 thésaurus de partenaires et le MeSH.

Quelques chiffres :
– 2844 descripteurs et 889 non-descripteurs en Français (3478 non descripteurs en anglais)
avec comme concordance:
– 657 avec Bioethics Thesaurus (USA)
– 917 avec Euroethics Thesaurus (DE) dont le développement a été suspendu
– 966 avec Thesaurus d’éthique des sciences de la vie et de la santé (Inserm)
– 1516 avec le MeSH (en fr ou en)

Le thésaurus produit au sein de l’Inserm axé sur la bioéthique, est totalement couvert par ce nouveau thésaurus. Il est intéressant d’étudier la place du MeSH, plus volumineux et résolument axé sur le monde médical. Le Bioethics thesaurus, maintenant intégré au MeSH, avait un recouvrement de 90% avec le MeSH (ce qui a fait l’objet de débats en son temps). Ce nouveau thésaurus en prenant en compte l’ensemble des problématiques d’éthique se distingue plus fortement du MeSH et permet de traiter une information parfois délicate et en forte évolution, avec des termes plus précis.

L’interface de recherche et navigation dans le thésaurus autorise la sélection au fil de la navigation dans le langage de plusieurs termes avant le lancement de la recherche sur la base de données. Un usage cohérent avec le principe de la combinaison de termes propre à ce type de langage.

Une belle coopération entre ces 5 instituts et un pilotage rigoureux par le DRZE (Deutschen
Referenzzentrum für Ethik in den Biowissenschaften) à Bonn.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s