Libérer les métadonnées. 2. Facette et Delicious

Facette (écrit en français?) est une application d'organisation par facettes des tags de Delicious.

Le contexte

Cette application sur Delicious exploite l'outil Exhibit du MIT développé dans le cadre du projet SIMILE (Semantic Interoperability of Metadata and Information in unLike Environments). SIMILE a déjà été présenté dès 2006 par Christophe Le Bot ou C.Fauré, entre autres websemanticiens francophones. L'applicatif Timeline est certainement l'outil, issu de ce projet, le plus connu.
Exhibit est quant à lui un cadre d'applications de publication de pages Web interactives. L'utilisation pendant quelques semaines de l'application fournit de nombreuses pistes de réflexion.

Résultat : un tableau de bord pour exploiter le "répertoire" Delicious

Tout d'abord le résultat (résultats en ligne) : un véritable tableau de bord de mes signets sous Delicious, s'appuyant sur une catégorisation des mots-clés (à gauche de l'écran), fonction qui donne son nom à l'application, sur un index de l'ensemble des mots-clés produits (droite de l'écran) et offrant une recherche directe bien plus efficace que sur Delicious.

FacetteMIT-ex2.002

Etudions l'arrière du décors

Les résultats sont exportables, ici au format RDF/XML, ce qui nous permet d'étudier de plus près, les données … format ouvert oblige.

FacetteMIT-ex1.001


Mais comment sont produits ces tags enrichis ?
Ce type d'index de mots-clés associés à leurs catégories d'indexation peut être produit en sortie des systèmes documentaires habituels pour être exploité par un applicatif adhoc type Exhibit ou un moteur d'indexation et de recherche.

Sous Delicious, Facette vous propose de basculer sur une interface … d'indexation !

Facette1

Au fil de l'eau, on obtient des tags Delicious avec un look particulier …

Facette2

Que nous apporte cette application ? Que peut-on en dire ?

  • Structurer la représentation des ressources est très utile ! Certes.
    • Mais ce n'est pas tant la phase d'indexation structurée ici qui me semble intéressante que l'application en aval – Exhibit (exposition) – qui permet de produire dynamiquement cette interface de recherche riche.

    • Un intérêt toutefois à l'application amont (la phase d'indexation) : elle montre tout ce qui peut être fait avec des métadonnées libérées- ici des données structurées stockées sous Delicious.

    • La question reste bien sûr la phase "d'attribution d'une étiquette".
      Après une période de démarrage que je qualifierais de très douloureuse ;-), j'ai atteint aujourd'hui une phase de croisière. Je n'utilise plus l'outil d'annotation du MIT (qui ne fonctionne pas trop bien : ne mémorisant pas mes propositions, je me retrouve régulièrement avec une page vierge, et des catégories … anglosaxonnes …). Par contre, mes tags sont maintenant assez riches sous ce formatage pour rendre cette tâche acceptable sous Delicious directement. Et cette liste m'aide à … réfléchir ! Petit travail intellectuel très profitable assisté par la machine à l'inverse de la logique documentaire.
Facette3
  • Ces fonctionnalités sont-elles exploitables réellement dans des systèmes d'indexation sociale ?

Il me semble que cela ne peut s'imaginer que si le premier niveau de description ("catalogage" + "indexation sujet") est totalement ou partiellement, déjà intégré à la ressource. L'annotation réalisée par l'utilisateur est alors tellement orientée par son usage que cela semble tout à fait naturel : en tant qu'utilisatrice, il m'est plus facile d'indexer "ma" métadonnée "Exemple", que le sujet global de la ressource. Si j'élabore un dossier documentaire sur les "ressources pédagogiques en ligne", il m'est plus facile de tagger des références par rapport à cette thmatique, lorsqu'elles sont préalablement enrichies.

  • Quelles "facettes" ? Quelle schéma de métadonnées ? Quelle sémantique pour les tags ?
    • La question de la sémantique des catégories de tags reste entière, mais je vois poindre le CommonTag, une toute nouvelle spécification que Bernard Vatant de Mondeca nous présente.
    • Mais il ne s'agit pas toutefois d'imposer "une" structure unique, mais de permettre l'exploitation de différents
      schémas de métadonnées liés aux usages autour de collections mises à
      disposition. Par exemple j'avais besoin de distinguer "nature
      d'information" de "type d'objet", "exemple" ou "norme", le "domaine
      couvert" et le "sujet". Bref une structure adhoc. Sur ce plan,
      l'exploitation de Delicious est très parlant.

(Désolée pour celles qui en ont marre de Delicious)

Autres ressources

  • Un autre papier sur Facette par ReadWriteWeb au début de l'année.
  • Pour la notion de facette, se reporter aux travaux de Jacques Maniez. Par exemple : "Des classifications aux thésaurus :
    Du bon usage des facettes", Documentaliste – Sciences de l’information, 1999, vol. 36, n° 4-5 (non accessible en ligne), qui "plaide […] pour un usage plus rigoureux du terme et de l’outil [classification à facettes), qui fasse clairement le partage entre la classification des concepts et le classement des sujets.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s