> Logiciels pour vocabulaires orientés « organisation et recherche »


Regroupements de différents billets sur le thème des logiciels pour vocabulaires dédiés à la recherche d’information
Création : 27 Janvier 2010. Mis-à-jour: août 2014
Voir aussi sur Descripteurs – Logiciels de création et maintenance de thésaurus (2016) 


Par vocabulaires, nous nous limitons ici aux thésaurus et autres répertoires de concepts/termes utilisés dans des dispositifs informationnels et documentaires. Ce sont :

  • des listes de concepts
  • organisés entre eux par différents types de relations (hiérarchiques, associatives, équivalence, ou plus spécialisées : cause/conséquence, historique,…)
  • caractérisés par différents attributs spécifiques à la catégorie de concepts (date de création pour des noms d’organismes, lieu pour la localisation d’un monument, appartenance à un ou plusieurs domaines d’activité …),
  • représentés en général par des termes ou des notations

Un autre terme rencontré est celui de référentiel ou référentiel terminologique (https://www.diigo.com/user/dalbin/Dalbin%28nom%29%20r%C3%A9f%C3%A9rentiel-termino%28sujet%29).

Des logiciels ou applications en ligne couvrent cinq grandes familles de fonctions dédiées à ces vocabulaires :

  1. Concevoir un vocabulaire ;
  2. Aligner des vocabulaires entre eux ;
  3. Gérer un ou plusieurs vocabulaires ;
  4. Exploiter (en recherche) un vocabulaire ;
  5. Communiquer un vocabulaire.

A ces fonctionnalités liées aux vocabulaires, certains produits offrent des modules de gestion du travail en équipes (workflow, collaboratif).

En France traditionnellement (depuis 30 ans), la gestion informatisée des thésaurus s’effectue au moyen d’un module particulier des logiciels documentaires. Ces modules ne sont pas utilisables de façon autonome, et leur coût d’acquisition ne se comprend que dans le cadre du développement d’une application documentaire (base documentaire, catalogue, portail). Ces « modules de gestion de thésaurus » couvrent des fonctions de gestion d’un vocabulaire déjà construit (étape 3) et d’exploitation (étape 4) dans le cadre d’une application documentaire particulière.

Les fonctions d’assistance aux étapes de conception (étape 1) et celles propres à la communication de ces ressources terminologiques (étape 5) sont respectivement très faibles ; et pour les fonctions d’édition/communication limitées; celles d’alignement (étape 2), plus récentes sont inexistantes ou font l’objet d’une offre de services dédiée.

Le monde anglo-saxon (UK, USA, mais aussi AUS) a toujours eu un marché de progiciels de gestion de thésaurus spécialisés utilisables de façon autonome. Les termes employés en anglais sont : « Thesaurus management software » ou « Software for building and editing thesaurus ». Ces applications sont centrées sur des fonctions d’aide à la conception ou au réengineering de vocabulaires (étape 1), leur gestion dans le temps indépendamment de leurs usages (étape 2), leur communication sous de multiples formes ce qui supposent des fonctions d’import/export et d’éditions variées. La souplesse fonctionnelle (typage des relations, personnalisation) permettent d’initier des activités d’alignement « simples » entre vocabulaires. Ce type d’outils spécialisés existaient également dans le monde germanique. Aujourd’hui, ce type d’outil est également exploité en France.

=> Sur Descripteurs – Logiciels de création et maintenance de thésaurus (2014)

L’appellation « Taxonomy Management Software » rend compte de l’évolution fonctionnelle vers un élargissement des types de vocabulaires pris en compte et vers une extension pour certaines offres à des automates pour des fonctions de catégorisation ou d’extraction automatiques d’entités par exemple.

Des standards ou normes existent pour concevoir les thésaurus (Norme ISO 25964-1) et les exploiter sur le Web (SKOS).

Les évolutions les plus récentes conduisent à une articulation ou une transformation de ces vocabulaires de nature essentiellement terminologique à des vocabulaires partagés et structurés de façon formelle (ontologies informatiques), des transformations adaptées d’une part au web (web de donnée et web sémantique) et aux applications ouvertes et interopérables (sortir des silos). Nous pouvons citer comme exemple public le travail réalisé au Ministère de la Culture et de la Communicationhttp://data.culture.fr/thesaurus/.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s