Fermeture (shutdown) de services fédéraux américains et la Library of Congress

Le groupe LinkedIn "Communauté Records Management de l'AAF et de l'ADBS" a lancé un fil de discussion concernant la fermeture de services publics fédéraux américains, et la poursuite des activités des Archives nationales ("Le plan de crise des archives nationales américaines" (message fermé aux non-inscrits)

Au-delà de la fermeture totale ou partielle de tel ou tel service d'information (cf cartographie), je me suis intéressée au fonctionnement plus global de l'information gouvernementale aux USA, et à la place de la Library of Congress.

Je note que le service minimum (comme pour une grève…) assuré par les Archives nationales est appliqué dans de nombreux  secteurs voire tous : santé (les centres de soins), législatif… Même, par exemple, le spatial où le travail international et les contraintes techniques empêchent une fermeture totale des activités, a assuré un service minimum.

Bien sûr : si ces fermetures partielles ou totales devaient se poursuivre, aussi bien dans le domaine de la santé (ils craignent la grippe aujourd'hui) que dans le ravitaillement alimentaire, les américains  s'attendent à des problèmes très sérieux.

Revenons aux systèmes d'info-communication.

 

2013-LC-yahoonews

Fermeture (octobre 2013) de la Librarie du Congrès USA

 Le panneau de fermeture accroché sur les grilles de la Library of Congress (LoC pour les intimes) a fait  le tour du monde, mais ce n'est pas tant la fermeture de ce bâtiment qui a posé problème que la fermeture des très nombreux dispositifs d'information en ligne pilotés par la LC !

Cet épisode (toujours en cours) nous rappelle surtout que la Library of Congress a, depuis 1800, un rôle absolument central dans la vie des citoyens des USA, et un périmètre d'action très large, rôle et périmètre qui n'ont pas grand chose à voir avec notre BN nationale – il est vrai nettement plus ancienne !

"The mission of the Library of Congress is to support the Congress in fulfilling its constitutional duties and to further the progress of knowledge and creativity for the benefit of the American people".

Sa mission d'interface entre les parlement(aire)s et les citoyens est assez unique(2)  !
Deux autres sites majeurs dont la LoC a la charge sont restés constamment ouverts : THOMAS et beta.congress.gov  – on pourrait dire en quelque sorte (en partie?) Légifrance, senat.fr, assemblee-nationale.fr (1). Elle assure aussi la communication du  Bureau du Gouvernement Américain pour les droits d'auteur.  Avec le site "loc.gov" pour son rôle de bibliothèque nationale, la LoC est le référent pour ces trois sites centraux et inter-reliés, utilisés quotidiennement par les citoyens.

Concernant la partie "bib" si je puis dire (se limitant donc au site loc.gov), la liste est longue des services offerts par la LoC  (sitemap). Ces différents services ont été ré-ouverts deux jours après leur fermeture (le mercredi).

 

Www.loc.gov--standards

Standards at the Library of Congress

 

Cet évènement nous rappelle que la LC assure aussi la responsabilité de la mise à disposition d'un nombre important de normes et standards d'usage national mais aussi international. Il ne s'agit pas ici d'un portail d'information renvoyant vers d'autres sites, mais bien de site de référence pour ces normes. Probablement est-ce la raison d'une re-ouverture rapide (en dehors peut être de la la simplicité et du moindre coût d'une réouverture d'accès à des machines informatiques ?).

Ce rôle central dans le développement et la valorisation de méthodes et techiques pour des services d'édition et d'information documentaire (schémas de représentation, identifiants, vocabulaires contrôlés,…) est un autre aspect de la LC. Celle-ci agit aussi bien au niveau du NISO (wikipedia) – qui ne doit pas être confondu avec l'ANSI, que de l'OASIS (wikipedia) avec le protocole standardisé SRU ou le comité technique LegalDocument. Son rôle de promoteur, aiguillon, soutien et de coordination,  quel que soit le média (texte, image, son) ou le vecteur (édition traditionnelle ou web) est puissant.

Un retour de la part d'autres professionnels de l'infodoc sur ce rôle et ces missions qui me paraissent très spécifiques à ce pays serait très utile.

(1) pourquoi n'y a -t-il pas .gouv.fr dans le nom de ces deux sites publics, mystère.
(2) La notice Wikipédia en français ne reflète absolument pas ces missions et je pense que la notion de Research library ici est mal interprétée.

Autres billets concernant la LoC
– Exploiter les référentiels sémantiques : démo proposée par la Library of Congress sur les LCSH – http://dossierdoc.typepad.com/descripteurs/2008/09/concept-concept.html
– Tagger pour la Library of Congress – http://dossierdoc.typepad.com/descripteurs/2008/01/tagger-pour-la.html

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s