Tivipro, accès à une collection de (courtes) vidéos

Tivipro.tv est une plateforme vidéo qui
donne l’opportunité aux organisations et entreprises, de présenter leurs
activités, innovations ou projets, à travers de courtes vidéos (2 à 3 minutes)
tournées par la société. J'y ai découvert quelques professionnels
de la documentation
.

Mais je voudrais vous parler dans ce billet du dispositif lui-même,
dispositif que je trouve intéressant, bien que pouvant être dans une autre perspective, très largement
enrichi. Il ne s'agit pas ici de faire une étude exhaustive
ergonomico-fonctionnelle de ce dispositif, ni de parler de l'offre
de TiViPro
, mais de pointer quelques aspects qui me turlupinent
questionnent. Il faut voir ce billet comme un exercice de style, TiViPro étant
dévolu à la communication d'entreprise (une optique "com-com") axé sur
l'événementiel et non à un espace de ressources pour tous. 

Lire la suite

Publicités

Libérer les métadonnées ! 2. Localisation géographique.

Nous poursuivons la libéralisation des métadonnées de leur
notice catalographique où nous les avions confinées.
Après les "dates", prenons justement de la
distance avec la métadonnée "localisation", que je limiterai ici à la localisation
terrestre.

L’exemple est tiré d’un catalogue très classique de romans.Je sais, je sais : malheureusement, ce type
de métadonnée ne nous est justement pas proposé dans les catalogues de bibliothèques,
alors que cela nous est indispensable ;-)

Je ne rentrerais pas dans les débats sur l’indexation
des Romans
(autre dossier) (où se passe l'histoire?), ou de l’utilisation des lieux de
naissance des auteurs (origine culturelle de l’auteur?) dans les catalogues
bibliographiques. Je ne parlerai pas non plus du mélange fait entre ces deux
natures de « localisation " : si vous
tombez sur l’inspecteur Wallander par la donnée « suédois (auteur) »
qui justement enquête à Riga en Lettonie (lieu où se déroule l’histoire), c’est
à une présentation de la vie lettonaise et non suédoise que vous serez convié….
 
Voici donc une jolie carte établie par Bibliosurf, notre
bibliothécaire préféré
qui …. indexe les documents(entretien de B.Strainchamps) par leur localisation.  Un vrai documentaliste qui se met à indexer tout type de document;-)

Un index genre/pays (Patientez un peu que les marqueurs s'affichent), pratique et pédagogique, des Guides de lecture (roman, roman policier, livre de cuisine,..), plus sympathique qu'un index alphabétique.


Double-cliquez sur
l'image ou aller sur Flickr

Bibliosurf-indexcarto


Un autre exemple: des fiches touristiques avec une géolocalisation des résultats de la recherche.
Double-cliquez sur
l'image ou aller sur Flickr

Nievres-geolocalisation2

Services web pour la géolocalisation

* Geonames -  http://www.geonames.org
GEONAMES une base de données géographiques, billet de juin
2007

* GoogleMaps http://code.google.com/intl/ja/apis/maps/

* Données géographiques au format RDF de l’INSEE

* Citons aussi Géoportail de l'IGN qui propose une visualisation des données, mais nonl'exploitation (type mashup) de ces mêmes données. En tous les cas pas simplement.

 

Interopérabilité entre langages : le projet HiLT

Le projet HiLT (High-level Thesaurus Project ou Projet de Thésaurus de haut niveau) a pour but de présenter un ensemble de recommandations concernant l’interopérabilité des accès dits matière entre systèmes documentaires, et la navigation par sujets « dans un contexte où il y a une variété de communautés, de services ainsi que de types de services ou de ressources ».

Piloté par le RSLP (Research Support Libraries Programme – http://www.rslp.ac.uk/) et JISC (Joint Information Systems Committee – http://www.jisc.ac.uk/) au Royaume-Uni, ce projet concerne les dispositifs proposés par « les archives, les services électroniques, le milieu des bibliothèques et des musées ».

Initié au début des années 2000, HiLT va bientôt entrer dans sa troisième phase :

Phase I : l’étude du contexte et des problématiques posées a conclu à l’intérêt pour des systèmes d’interopérabilité entre langages contrôlés.
Rapport final de 2001, http://hilt.cdlr.strath.ac.uk/Reports/FinalReport.html

Phase II : un pilote de mise en correspondance (mapping) terminologique entre vocabulaires documentaires a été réalisé. Il assure les échanges avec d’autres services partagés, plutôt qu’un accès direct à l’utilisateur d’où le terme de M2M pour machine-to-machine.
Le processus est initié par la requête posée sur un système A par un utilisateur ; le système A interroge le serveur terminologique pour trouver d’autres ressources. Le prototype est structuré autour de la classification décimale Dewey (quelques niveaux hiérarchiques, mais plus de niveaux que dans l’interface DeweyBrowser). Le prototype prend en compte la LCSH (liste des vedettes matières de la Library of Congress), quelques centaines de termes du thésaurus de l’Unesco ou du MeSH, dans les domaines de la santé, de la médecine et de l’éthique. La faisabilité pour le développement d’une interface SOAP adaptée a également été conduite.

Phase III : dans cette phase qui débute en novembre 2005 pour une période de 15 mois, il s’agira de développer un serveur M2M (machine-to-machine). Celui-ci offrira un accès de type service web avec le protocole SRW basé sur SOAP – des extensions possibles dans le future à d’autres protocoles comme Z39.50 ou SRU par exemple. Le dispositif exploitera le noyau SKOS pour l’encodage des vocabulaires et des réponses “classificatoires” avec des possibilités ultérieures d’exploitation d’autres formats comme Zthes ou MARC.

Ressources utilisées

Lire la suite

Catégorisation : organiser les résultats de recherche

Organiser le lot-résultat d’une recherche documentaire en le classant à la volée, voilà une fonctionnalité très intéressante pour l’utilisateur final.
Il ne s’agit pas ici de détailler les techniques de catégorisation ou classification automatique, mais de montrer l’intérêt de cette fonction pour l’utilisateur à travers quelques exemples.

Le modèle de la "recherche documentaire" mis en oeuvre dans de nombreux systèmes documentaires et de bibliothèques, se limite bien souvent à la recherche bibliographique : poser une question précise et obtenir des références de documents.
Mais comment l’utilisateur trouve-t-il l’information utile au sein de cette liste de documents ? Comment sélectionner au sein de ce corpus ?
C’est dans ce contexte de recherche d’information et non uniquement de recherche bibliographique, que la catégorisation du lot-résultat devient alors une fonction essentielle dans les systèmes d’information documentaire.


Petit détour historique …

Au début de l’informatique documentaire – et malheureusement parfois encore ! -, le mode de présentation des résultats d’une recherche bibliographique était … l’ordre d’entrée dans la base !
Une liste à lire séquentiellement sous une forme peu pratique pour s’y repérer. Ce qui conduisait à un travail de dépouillement de ces résultats, (parfois) réalisé par les documentalistes, avant l’envoi du "listing" à l’utilisateur : stabilotage (?) des dates, de la langue du document, de l’orientation thématique, de la nature du texte, ….Bref, tout ce qui pouvait apporter une information susceptible d’aider l’utilisateur à privilégier tel ou tel document, telle ou telle information.

Puis, le développement des systèmes de gestion de base de données (SGBD) a permis d’exploiter chacune des rubriques en amont ou en aval de la requête pour trier les résultats : date, nom d’auteur, type de support, …. Des imbrications de tris peuvent être proposées : date, puis par nom d’auteur par exemple.

Enfin, depuis une dizaine d’année de façon perceptible, avec l’idée sous-jacente de traiter les contenus numériques et non des références, de nouvelles techniques ont vu le jour. Elles traitent le lot résultat pour fournir à l’utilisateur une vision organisée, classifiée, structurée et des outils d’orientation supplémentaires pour se repérer dans ce corpus de documents.

clusterisation (ou « typologie », ou « regroupement »,
ou « classification automatique »), c’est partitionner
une base de données en un petit nombre de sous-bases, appelées
« classes », et  telle que :
= Deux individus appartenant à une même classe soient aussi semblables que possible.
= Deux individus appartenant à deux classes différentes soient aussi dissemblables que
    possible. (tiré de AI Access).


Sur le Web
, nous avons accès à des solutions proposées par :
MatchPoint de TripleHop, qui fonctionne sur le site Find.com
Exalead, par le concepteur à l’époque de LiveTopic, pour les routards de la documentation (LE Altavista des années 1997)
Vivisimo qui fonctionne sur le site Clusty où l’organisation des résultats s’opère sur tous les types de ressources : Web, mais aussi blogues, actualités,….

Ces trois sociétés – entre autres – proposent des produits et services pour les intranets, mais leur offre sur le web – en bêta ou en démonstration – va nous permettre de pointer quelques unes de leurs caractéristiques.

Vous pouvez aussi visiter, dans des environnements professionnels diversifiés :
– le site de l’Inria, avec des règles de catégorisation adaptées au contexte (sous Exalead)
– le site de la mairie de Pittsburg : http://cityofpittsburgh.net/
– le site Proceedings of the National Academy of Sciences (USA). Après avoir fait une recherche, sélectionnez un terme de l’index sujet ("subject indexes" à droite de l’écran), pour atteindre Instant Index.
AOL US a opté pour Vivisimo, AOL France – le premier à avoir en 2002 proposé cette solution – a opté quant à lui pour Exalead.
– Ou encore les solutions : Factbites et de nombreux autres outils adaptables à des moteurs d’indexation et de recherche, par exemple WSM de MSN ou tous les produits de recherche sur le contenu, d’Albert Inc à New-phenix en passant par Verity.

Lire la suite

DeweyBrowser, interface de navigation basée sur la Dewey

Voilà un intéressant projet que cette interface proposée par l’OCLC à partir de la Dewey, DeweyBrower.

Dewey1_2

Sont proposés deux modes d’accès au catalogue :

  • une recherche par mots qui offre une présentation des résultats classés selon la Dewey
  • une navigation directe via la Dewey, avec une présentation progressive du 1er niveau au 3ème et dernier niveau proposé.

Trois niveaux de la Dewey, cela peut paraître peu, mais ces trois niveaux offrent une vision globale à l’écran.

Lire la suite