Interopérabilité entre langages : le projet HiLT

Le projet HiLT (High-level Thesaurus Project ou Projet de Thésaurus de haut niveau) a pour but de présenter un ensemble de recommandations concernant l’interopérabilité des accès dits matière entre systèmes documentaires, et la navigation par sujets « dans un contexte où il y a une variété de communautés, de services ainsi que de types de services ou de ressources ».

Piloté par le RSLP (Research Support Libraries Programme – http://www.rslp.ac.uk/) et JISC (Joint Information Systems Committee – http://www.jisc.ac.uk/) au Royaume-Uni, ce projet concerne les dispositifs proposés par « les archives, les services électroniques, le milieu des bibliothèques et des musées ».

Initié au début des années 2000, HiLT va bientôt entrer dans sa troisième phase :

Phase I : l’étude du contexte et des problématiques posées a conclu à l’intérêt pour des systèmes d’interopérabilité entre langages contrôlés.
Rapport final de 2001, http://hilt.cdlr.strath.ac.uk/Reports/FinalReport.html

Phase II : un pilote de mise en correspondance (mapping) terminologique entre vocabulaires documentaires a été réalisé. Il assure les échanges avec d’autres services partagés, plutôt qu’un accès direct à l’utilisateur d’où le terme de M2M pour machine-to-machine.
Le processus est initié par la requête posée sur un système A par un utilisateur ; le système A interroge le serveur terminologique pour trouver d’autres ressources. Le prototype est structuré autour de la classification décimale Dewey (quelques niveaux hiérarchiques, mais plus de niveaux que dans l’interface DeweyBrowser). Le prototype prend en compte la LCSH (liste des vedettes matières de la Library of Congress), quelques centaines de termes du thésaurus de l’Unesco ou du MeSH, dans les domaines de la santé, de la médecine et de l’éthique. La faisabilité pour le développement d’une interface SOAP adaptée a également été conduite.

Phase III : dans cette phase qui débute en novembre 2005 pour une période de 15 mois, il s’agira de développer un serveur M2M (machine-to-machine). Celui-ci offrira un accès de type service web avec le protocole SRW basé sur SOAP – des extensions possibles dans le future à d’autres protocoles comme Z39.50 ou SRU par exemple. Le dispositif exploitera le noyau SKOS pour l’encodage des vocabulaires et des réponses “classificatoires” avec des possibilités ultérieures d’exploitation d’autres formats comme Zthes ou MARC.

Ressources utilisées

Lire la suite

Publicités

The Society of Indexers. The British and Irish professional indexing

Créée en 1957 ( !), la Société des indexeurs de Grande Bretagne et d’Irlande a comme objectif tout à la fois la promotion de cette activité et des indexeurs dans le développement des idées et de la connaissance, l’assistance aux nouveaux indexeurs, le développement de critères qualité et la recherche. Cela concerne tout à la fois la production éditoriale traditionnelle, les sites Web, d’autres applications informatisées ou des banques de données.

L’association offre des services non seulement aux indexeurs, mais également aux éditeurs et aux auteurs. Le site est le reflet de la richesse de l’activité de l’association : formation, guides, système de certification, conférences et ateliers, liste de diffusion, publication dont la revue The Indexer, le répertoire de 208 indexeurs et une foire aux questions sur les index et l’indexation.
Le tout complété par la liste des prix pour la reconnaissance de l’excellence dans l’indexation !